ICI Radio-Canada :

Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre Justin Trudeau, des centaines de jeunes scientifiques canadiens appellent Ottawa à « faire des changements » pour « reconstruire la confiance du public » envers les évaluations environnementales.

Signée par des professeurs assistants, des doctorants ou encore des diplômés du secteur scientifique, la lettre est émaillée de plusieurs inquiétudes concernant les projets devant ou ayant fait l’objet d’une révision du gouvernement fédéral tels que le projet de terminal de gaz naturel liquéfié Pacific NorthWest, le pipeline Northern Gateway, ou encore le méga barrage du site C, tous en Colombie-Britannique.

Les scientifiques disent qu’un manque de rigueur des procédures de révision peut mener à « d’importantes conséquences pour la santé et l’environnement des Canadiens ».

Lire sur ICI Radio-Canada

La nature canadienne n’est plus ce qu’elle était

Caroline Montpetit / Le Devoir :

Vu de très loin, le Canada peut donner l’image d’une vaste étendue de territoires presque vierges où la nature règne en maître et demeure intouchée. Vu de près, c’est une autre histoire.

C’est ce que présente l’exposition Le temps presse : une contre-histoire environnementale du Canada moderne, qui ouvre ses portes au Centre canadien d’architecture, à Montréal.

L’exposition se déploie à travers plusieurs salles, qui exploitent chacune un thème différent, du Grand Nord aux développements énergétiques (hydroélectricité, pétrole, énergie nucléaire, pollution de l’eau), en passant par la pollution de l’air, l’exploitation des forêts et la surpêche.

Le tout ne vise pas à proposer des solutions, mais plutôt à faire un état des lieux, mettant en lumière l’urgence d’agir, explique Delphine Lesage, l’une des coordonnatrices curatoriales du Centre canadien d’architecture.

À l’entrée, l’oeuvre suggestive de Douglas Coupland représente un pylône effondré, comme on en a vu lors de la crise du verglas de 1998. À la sortie, des slogans du même artiste, glauques ou ironiques, reflètent l’esprit de l’exposition : « You must choose between oxygen or wealth », « Progress is more trouble than it’s worth ».

Lire sur le Devoir