Taïeb Moalla / Le Journal de Montréal :

Tout en annonçant le déversement de 135 millions de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve Saint-Laurent et dans la rivière Saint-Charles, l’administration Labeaume a tout fait pour se distancer du «flushgate» montréalais de l’année dernière.

«C’est le syndrome Montréal. Depuis ces événements, les gens ont découvert que toutes les villes surversaient, a admis le maire Labeaume, mardi. On va la jouer en toute transparence pour que les gens comprennent. Ça va donner lieu à bien de la démagogie, même si on s’aperçoit que c’est minime.»

Mardi, cette opération, planifiée de longue date, a justifié la tenue d’une longue rencontre technique et d’un comité plénier à l’hôtel de ville de Québec. Pourtant, bon an mal an, la municipalité déverse 580 millions de litres d’eaux usées dans ses cours d’eau lors d’événements prévisibles. Régis Labeaume a dit vouloir «être sûr que la population ne pense pas qu’on lui cache quelque chose». Les solutions alternatives au déversement dans les cours d’eau coûteraient des milliards de dollars, a-t-il mentionné.

Lire sur Le Journal de Montréal

Déversement de millions de litres d’eaux usées à Québec

Valérie Gaudreau / Le Soleil :

(Québec) La Ville de Québec déversera 135 millions de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve et dans la rivière Saint-Charles d’ici février. La manoeuvre est rendue obligatoire pour des travaux électriques ou mécaniques aux deux stations d’épuration des eaux usées et aux postes de pompage Saint-Pascal et Limoilou.

«Ce sont des travaux qu’on doit faire sur une base régulière, aux deux, trois ou quatre ans», a expliqué le directeur du Service du traitement des eaux, Gilles Labbé, qualifiant la quantité de «négligeable».

«Si on ne le fait pas de façon préventive, on risque d’endommager les équipements et tomber en panne pour deux ou trois jours», a-t-il ajouté évoquant un déversement possible jusqu’à dix fois plus important. Le volume d’eau provenant des égouts qui sera déversée représente 0,1 % des 137 milliards de litres traités annuellement à Québec.

Lire sur Le Soleil