Trainsparence.ca :

Trainsparence applaudit la volonté des gouvernements d’investir massivement dans le transport en commun, mais le REM de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) est un projet précipité et problématique.

Processus tronqué

Le REM concerne plusieurs ministères, qui ont évalué la « recevabilité » de l’étude d’impact, déposé par la CDPQ. Plusieurs ministères ont considéré que l’étude d’impact est « irrecevable », car des informations importantes sont manquantes, notamment en ce qui concerne la justification du projet, l’étalement urbain, les risques pour la santé et les émissions de gaz à effet de serre.

Au fait, le ministère du Développement durable était d’avis que des informations essentielles sont manquantes. En contradiction avec ces avis, le ministre a jugé l’étude d’impact « recevable » et a convoqué une audience du BAPE.

Mauvais choix technologique

Un réseau de SkyTrain automatisé, sans chauffeur, doit être complètement isolé des piétons. Chaque station, en hauteur ou en tunnel, est très coûteuse. Pour 5,5$ milliards, le projet n’ajoute que 12 stations. Avec le même budget, il est possible d’implanter 6 grandes lignes de tramway, avec environ 120 stations et plusieurs connexions avec le métro.

Lire sur trainsparence.ca

Importante opération de communication directe – La coalition contre le projet de train (REM) de la Caisse de dépôt distribue 100 000 tracts

Communiqué, Syndicat de la fonction publique (FTQ) :

MONTRÉAL, le 17 oct. 2016 /CNW Telbec/ – La coalition « Trainsparence » effectue une importante opération de communication directe ce matin avec la distribution de 100 000 tracts dans les réseaux de transport en commun de la grande région de Montréal. Le document énumère 10 arguments contre le Réseau électrique métropolitain (REM), le projet de train de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

« Nous remettons l’information directement aux passagers, c’est-à-dire à ceux que ce projet de train touche le plus. Ce projet est si problématique que la liste des opposants ne cesse de s’allonger. Il faut un moratoire en attendant une enquête publique », d’expliquer Daniel Leroux du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et porte-parole de Trainsparence.

Trainsparence, une importante coalition d’experts en transport en commun, de groupes environnementaux et de syndicalistes, plaide pour la tenue d’une commission parlementaire afin que l’ensemble du projet puisse être pleinement évalué.

« Le REM augmenterait les gaz à effet de serre et détruirait des zones protégées pour la biodiversité ainsi que de précieuses terres agricoles. De plus, le REM coûte trop cher pour un mauvais choix technologique. On pourrait avoir dix fois plus de stations et déplacer cinq fois plus de monde avec un tramway, par exemple », d’ajouter Luc Gagnon, expert en changement climatique et président d’Option transport durable.

Pour plus d’informations et pour signer la pétition déposée à l’Assemblée nationale, visitez trainsparence.ca

REM : on ne peut pas attendre que tout le monde soit d’accord, dit Couillard

La Presse Canadienne :

Il est impossible d’attendre que tous soient d’accord avant d’aller de l’avant avec le projet de train électrique proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), a estimé lundi le premier ministre Philippe Couillard. « Si on attend que tout le monde soit d’accord, on risque de ne jamais faire le projet », a-t-il affirmé, en marge d’une allocution à Verdun au cours de laquelle il s’est entre autres affairé à vanter le Réseau électrique métropolitain (REM). (…)

Par l’entremise de sa filiale CDPQ Infra, la Caisse prévoit investir 3 milliards de dollars de ses propres fonds, le reste des 5,5 milliards de dollars devant provenir de Québec et d’Ottawa.

Lire sur ICI Radio-Canada