Agence France-Presse :

Au moins 185 personnes sont mortes en 2015 dans 16 pays en défendant leurs terres et leur environnement, soit une augmentation de près de 60 % par rapport à l’année précédente, indique lundi l’ONG britannique Global Witness. Ce chiffre est un record depuis 2002, date à laquelle cette ONG a entrepris de publier un rapport annuel sur ce sujet. États les plus dangereux en 2015 : le Brésil et les Philippines, où 50 et 33 personnes ont été tuées, un niveau jamais atteint depuis 14 ans. Mais aussi la Colombie (26 morts), le Pérou (12), le Nicaragua (12), la République démocratique du Congo (11).

Lire sur La Presse

Site Internet de Global Witness

Ajout : 

La Presse : Honduras: le gouvernement dément son implication dans le meurtre d’une écologiste