Stéphanie Martin / Le Journal de Québec :

La région de Québec pourrait souffrir de graves manques d’eau dans les périodes les plus critiques comme l’été et l’automne d’ici 2050

Le consortium Ouranos a dressé ce portrait à la suite d’une étude effectuée pour le compte de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ). En analysant plusieurs études hydrogéologiques de la région, et en mettant en commun plus de 90 scénarios climatiques pour les années à venir, Ouranos a conclu que le niveau le plus bas qu’atteignent aujourd’hui les cours d’eau pourrait encore être réduit de 50 % dans les cas extrêmes.

Cela même alors que la population sera en croissance et que la demande en eau suivra la même courbe. Une situation qui inquiète les experts qui entrevoient des pénuries d’eau lors d’épisodes chauds en été et en automne. «C’est au moment où on en a le plus besoin qu’il va nous en manquer le plus gravement», soutient François Morneau, conseiller spécial à la CMQ.

Lire sur Le Journal de Québec