Camille Gaior / Le Journal de Montréal :

En accueillant la 5e édition du congrès vélo d’hiver jusqu’à vendredi, Vélo Québec espère avant tout donner un nouvel élan à la pratique du vélo dans les villes.

À lire également : Prendre son vélo pour prendre l’avion

«En partageant des enjeux comme la problématique d’entretien des chaussées, la sécurité on souhaite donner des inspirations à Montréal et d’autres villes du Québec pour aller plus loin», explique Suzanne Lareau, PDG de Vélo Québec et porte-parole du Congrès.

Urbanistes, planificateurs urbains, designer, spécialistes en santé, en environnement et élus provenant de villes nordiques d’Amérique du Nord et d’Europe sont réunis jusqu’à vendredi pour parler des infrastructures, des bénéfices et des retombées de favoriser le vélo en hiver.

Lire sur Le Journal de Montréal

Piste cyclable du canal de Lachine: des cyclistes trouvent le tronçon accessible non sécuritaire

Caroline Lévesque / Agence QMI :

Les cyclistes qui empruntent le tronçon de la piste cyclable du canal de Lachine accessible en hiver depuis décembre se plaignent qu’elle est mal entretenue par l’arrondissement du Sud-Ouest.

À lire également : Des projets cyclistes à venir à Rimouski

Amas de glace, accumulation d’eau, portion mal déneigée et manque d’accessibilité à l’entrée de la piste, c’est le constat que font plusieurs cyclistes d’hiver depuis le début du projet de déneigement d’un tronçon d’un kilomètre, à la mi-décembre, entre la rue Richmond et la nouvelle Promenade Smith, dans Griffintown.

«Ce n’est pas vraiment un tronçon utilisable pour les cyclistes, car il faut faire un détour pour y accéder et c’est glacé à plusieurs endroits, a indiqué Daniel Lambert, porte-parole de la Coalition Vélo Montréal, qui n’a jamais vu d’autres cyclistes lorsqu’il y circule. C’est plus un projet de test de techniques de déneigement.»

Cet hiver sera déterminant pour voir si la piste sera complètement ouverte l’hiver prochain sur 12 kilomètres. «Ma crainte, c’est qu’on est déjà à la fin janvier, et est-ce qu’on maîtrise les techniques de déneigement? questionne M. Lambert. Parce qu’il ne reste pas beaucoup de temps pour l’évaluation du projet-pilote.»

Lire sur TVA Nouvelles