Alexandre Touchette / ICI Radio-Canada :

EXCLUSIF – La Fondation Rivières et l’Union des municipalités du Québec remettent en question l’approche du « premier arrivé, premier servi » dans l’allocation des quelque 660 millions de dollars du Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées. Radio-Canada a appris que seulement 8 % des municipalités qui déversent encore leurs eaux usées sans traitement peuvent espérer recevoir de l’argent de ce programme fédéral-provincial.

fonds-de-l-eau_flushgate_pf

Le grand déversement d’eaux usées survenu l’an dernier sur les rives de Montréal a révélé les nombreuses failles dans la gestion des eaux usées au Québec. Bien que spectaculaire de par son volume de plusieurs milliards de litres, ce déversement, rendu nécessaire par des travaux d’entretien, n’a duré que quelques jours. Or, une centaine de municipalités québécoises déversent jour après jour leurs eaux usées directement dans les cours d’eau.

Des données obtenues auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire indiquent que seulement huit municipalités sur les cent qui n’ont toujours pas de système d’épuration ont déposé une demande au Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées. On ne sait pas encore lesquelles obtiendront le financement demandé, puisque Québec a suspendu le programme après seulement trois semaines, face à une avalanche de demandes.

Lire sur ICI Radio-Canada