Alexandre Shields / Le Devoir :

Impunie malgré de multiples infractions, Canadian Malartic pourrait agrandir la fosse si elle corrige ses pratiques d’exploitation

Non seulement les lois environnementales du Québec sont-elles inadéquates pour encadrer l’exploitation d’une mine à ciel ouvert comme celle de Canadian Malartic, mais le gouvernement n’utilise pas les moyens coercitifs dont il dispose pour faire respecter la réglementation en vigueur. C’est ce que constate le BAPE dans un rapport qui conclut que le projet d’expansion de la mine d’or est acceptable seulement si l’entreprise apporte des modifications « substantielles » à l’exploitation, qui impose des nuisances aux citoyens de la ville depuis ses débuts.

Canadian Malartic compte prolonger l’exploitation de son imposant gisement d’or à ciel ouvert jusqu’en 2028. La fosse sera alors deux fois plus grosse que ce qui était prévu au début de l’extraction, il y a de cela cinq ans. Mais ce projet d’expansion suscite de vives inquiétudes chez plusieurs citoyens de cette ville d’Abitibi, qui déplorent les impacts majeurs de cette mine sur leur qualité de vie et leur santé. (…)

Les commissaires du BAPE écorchent aussi directement le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, qui n’en fait pas assez pour « faire respecter sa réglementation ». Même si celui-ci a remis plus de 170 avis de non-conformité à Canadian Malartic depuis 2011, « aucune sanction, tant administrative, pécuniaire que pénale, portant sur ces dépassements n’a toutefois été prise à ce jour ».

Lire sur Le Devoir

Le BAPE approuve l’expansion de la mine Malartic sous conditions

Benoît Philie / Le Journal de Montréal :

Le projet d’agrandissement de la mine Canadian Malartic serait acceptable seulement si les promoteurs s’assurent de réduire les impacts négatifs de ses activités sur la communauté, conclut un rapport du BAPE. «Le promoteur doit agir de façon proactive pour éviter que la poursuite et la prolongation de l’exploitation continuent à nuire à la qualité de vie des Malarticois», peut-on lire dans le rapport d’enquête rendu public jeudi.

Le propriétaire demande au gouvernement la permission d’agrandir la mine afin de récolter 3 millions d’onces d’or supplémentaires, ce qui permettrait selon lui de la garder en activité six ans de plus et de maintenir 1200 emplois à Malartic, en Abitibi.

Lire sur Le Journal de Montréal

Le BAPE autorise l’expansion de la mine de Malartic

Louis-Samuel Perron / La Presse :

(…) La Coalition Québec meilleure mine (CQMM) s’est réjouie jeudi du rapport «sévère» et «très rigoureux» du BAPE, en particulier de la recommandation d’inclure des zones tampons sur les futurs mines. «Le BAPE sonne l’alarme! Les mines à ciel ouvert ne sont plus de petites « minettes », elles sont vraiment gigantesques. Ça pose des enjeux extrêmement problématiques pour les citoyens autour de ces mines», soutient le porte-parole Ugo Lapointe.

Selon Ugo Lapointe, Canadian Malartic doit «absolument offrir aux gens les plus près de la mine de se relocaliser» pour une compensation équitable, contrairement au montant trop bas proposé par la minière. La CQMM souligne aussi la recommandation du BAPE de nommer un médiateur indépendant pour dénouer l’impasse dans le recours collectif intenté par des voisins mécontents de la mine.

Lire sur Le Soleil