François Normand / Les Affaires :

Crise financière, ralentissement PIB, changement climatique, tensions intercommunautaires, terrorisme… Depuis 10 ans, le monde est entré dans une phase de turbulences. Et pour retrouver une paix sociale, les entreprises et les investisseurs doivent en faire plus, au premier chef accepter de «laisser aller quelques points de base de rendement» afin de redonner beaucoup plus à la communauté.

C’est ce qu’a déclaré la présidente et chef de la direction de Gaz Métro, Sophie Brochu, lors d’un discours prononcé ce lundi midi devant le Cercle canadien de Montréal, en précisant qu’il fallait à tout prix améliorer le processus de mondialisation et réduire l’exclusion.

«La solution est toujours dans un monde global, mais plus égalitaire, un monde plus conciliant, dans un capitalisme plus doux, dans un capitalisme plus humain. Ce qui implique pour les entreprises et les actionnaires de laisser aller quelques points de rendement de base», a-t-elle lancé au parterre de dirigeants d’entreprises et d’investisseurs institutionnels.

Lire sur Les Affaires

Note écoQuébec Info : Nous prévoyons que ce discours sur le «partage des profits» sera utilisé pour imposer des projets controversés au Québec, comme le pipeline d’exportation Énergie Est de TransCanada. À noter, un précédent vient d’être créé en Colombie-Britannique où la compagnie Kinder Morgan donnera des redevances à la province pour le passage contesté de l’oléoduc Trans Mountain.