AFP :

Avec plus de 600 millions de personnes sans électricité et un développement économique qui crée des besoins croissants, l’Afrique est plus que jamais confrontée au défi de l’accès à l’énergie et bénéfice d’un alignement de planètes inégalé pour privilégier les énergies vertes. Avec un parc électrique de 160 gigawatts et un taux d’accès à l’électricité inférieur à 50 % (hors Afrique du Nord), le développement économique est «illusoire (…) si la consommation électrique cumulée de tous les pays de l’Afrique subsaharienne reste inférieure à celle d’un pays comme l’Espagne», résume à l’AFP Thierno Bocar Tall, PDG de la Société africaine des biocarburants et des énergies renouvelables (Saber).

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la demande d’énergie va tripler d’ici 2030 et nécessitera d’investir plus de 3000 milliards de dollars d’ici 2035. Aujourd’hui, la biomasse (bois et charbon de bois utilisés en foyers ouverts) représente près de la moitié de la consommation d’énergie du continent et l’électricité provient essentiellement du charbon (surtout en Afrique du sud) et de générateurs diesel ou fioul.

Mais la baisse des coûts des énergies renouvelables change la donne.

Lire sur La Presse