Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Alors que les poussières émanant du port de Québec ont fait les manchettes et entraîné le dépôt de deux recours collectifs, l’étude d’impact environnemental portant sur le projet d’agrandissement dans le secteur Beauport en fait très peu de cas, déplore l’Initiative citoyenne de vigilance du port de Québec.

Le groupe mené par Véronique Lalande et Louis Duchesne dépose son mémoire ciblant les thèmes connexes des poussières et de la qualité de l’air vendredi, dernier jour pour faire parvenir des commentaires à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale. Une centaine de citoyens cosignent le document.

Ils dénoncent notamment le fait que l’Administration portuaire de Québec (APQ) n’a pas mesuré les poussières qui retombent déjà sur le voisinage ni modélisé celles liées aux opérations futures du quai multifonctionnel, mais seulement celles potentiellement générées pendant la phase de construction.

«Les préoccupations citoyennes, elles ont été soulevées parce que les gens reçoivent des particules grossières, des dépôts. On a souvent dit qu’on pourrait recevoir de la garnotte en continu, aucun des équipements de qualité de l’air» ne le détecterait, commente Mme Lalande.

Lire sur Le Soleil