Agence QMI :

TOWNSVILLE, Australie | Bien qu’elle ait l’air on-ne-peut-plus ordinaire au premier coup d’œil, l’algue rouge Asparagopsis taxiformis pourrait bien contribuer à faire diminuer significativement les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans les années à venir, a rapporté la chaîne ABC.

Selon une étude menée par l’université James Cook, en Australie, ajouter une petite quantité de cette algue à l’alimentation des vaches pourraient faire diminuer leurs émissions de méthane de 99 %. Or, le méthane est un GES environ 25 fois plus puissant que le CO2 et une seule vache en génère suffisamment par année pour égaler les émissions d’une voiture moyenne parcourant 20 000 kilomètres.

Selon le professeur Rocky De Nys, la production du méthane se fait, majoritairement, lors du processus de rumination. Du coup, pour tester sa théorie, il a conçu un estomac artificiel. «Une fois que l’on aura démontré que ça fonctionne, on pourra tester avec de vrais animaux», a-t-il précisé.

Lire sur Le Journal de Montréal