Jean-François Cliche / Le Soleil :

(Québec) Si les voisins de l’usine d’Anacolor, à Cap-Rouge, croyaient en avoir fini avec les odeurs de peinture qui persistent dans leur quartier depuis plusieurs années, ils devront peut-être prendre leur mal en patience. L’entreprise responsable de ces désagréments a décidé de contester en cour son «certificat d’autorisation» de l’Environnement, qui l’oblige à réduire de 90 % ses émissions polluantes, a appris Le Soleil. Des documents du Tribunal administratif du Québec montrent que la compagnie a déposé un recours le 30 septembre à propos de la «contestation d’une décision» du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Et lorsque nous avons demandé une copie de la décision contestée par Anacolor, le tribunal nous a envoyé son certificat d’autorisation. Celui-ci, essentiellement, autorise l’entreprise à poursuivre ses activités, mais lui impose une série de conditions, dont l’installation d’un système d’épuration qui éliminerait 90% de la pollution qui sort de ses cheminées.

Lire sur Le Soleil