Alexandre Shields / Le Devoir :

L’île, qui espère développer son potentiel touristique, déposera sa candidature

L’île d’Anticosti a tout ce qu’il faut comme richesses naturelles et culturelles pour être inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, affirme son maire, John Pineault. Il compte donc répondre à l’appel du gouvernement fédéral, qui vient d’inviter le public à soumettre des suggestions de « trésors » qui seront proposés d’ici quelques mois à l’organisme onusien. Preuve du sérieux de la démarche, la municipalité de L’Île-d’Anticosti vient d’afficher une offre d’emploi en lien avec ses démarches en vue d’une reconnaissance par l’UNESCO. Celle-ci précise que la municipalité recherche « un chargé de projet qui rédigera le document de mise en candidature et effectuera toutes les recherches relatives à ce projet ». S’il reconnaît qu’il fait ainsi « un geste politique », le maire John Pineault a soutenu lundi que les démarches ne sont pas menées dans le but de bloquer le projet d’exploration pétrolière sur l’île. « Je ne crois pas que cette démarche est nécessaire pour stopper les pétrolières, parce que, selon moi, elles sont déjà stoppées. »Résolument contre le projet pétrolier financé en bonne partie par Québec, il a d’ailleurs rappelé qu’une demande d’injonction permanente, déposée par les Innus de Mingan dans le but de bloquer les futurs forages, doit être entendue plus tard cette année.

Lire sur Le Devoir

Des démarches pour inscrire Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO

Charles Alexandre Tisseyre / ICI Radio-Canada :

La Municipalité de L’Île-d’Anticosti lance des démarches pour que l’île soit inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. La Municipalité cherche un spécialiste pour préparer la candidature de l’île afin que le dossier soit présenté au gouvernement fédéral d’ici janvier 2017. Pour la première fois en plus de 10 ans, Ottawa sollicite des propositions de candidatures pour de nouveaux sites du patrimoine mondial. Le maire de L’Île-d’Anticosti, John Pineault, est convaincu que l’île a de bonnes chances d’être retenue. « En tant que citoyen, j’ai toujours cru que c’est une démarche qui aurait dû être faite il y a belle lurette », dit-il.

Lire sur ICI Radio-Canada