Alexandre Cantin / Le Journal de Montréal :

SEPT-ÎLES – La communication est difficile entre Pétrolia et les communautés touchées par le projet d’hydrocarbures sur l’île d’Anticosti. Le porte-parole de Pétrolia affirme que la municipalité de l’île d’Anticosti ignore volontairement ses courriels. Le directeur général de la municipalité s’en défend. Pendant que Pétrolia amorce au cours des derniers jours les travaux préparatoires sur trois sites afin d’effectuer des forages et du dynamitage l’an prochain, on constate que les relations sont tendues avec la municipalité de l’île d’Anticosti, dont le maire est opposé à la recherche d’hydrocarbures par fracturation hydraulique. À la suite de l’envoi de courriels à la municipalité et pour lesquels il n’a pas eu de retour, le porte-parole de Pétrolia, Jean-François Belleau, a affirmé à la radio communautaire de Havre-Saint-Pierre que ses communications étaient volontairement ignorées. (…)

Le préfet, Luc Noël, constate aujourd’hui le désir de la compagnie d’établir des ponts. Il est très réticent compte tenu de la volonté ferme de Pétrolia d’aller de l’avant avec les travaux d’exploration. «Là, ils voudraient communiquer avec nous et qu’on se fréquente comme si de rien n’était. Je regrette, mais il y a quand même des prérequis avant qu’on soit main dans la main avec la pétrolière parce que le projet qu’elle fait dans notre région et qui relève de notre service de développement, on est contre», a dit le préfet Noël.

Lire Le Journal de Québec