La Presse Canadienne :

Une dizaine de marcheurs ont entrepris ce week-end la Grande traversée d’Anticosti, un périple de 115 kilomètres organisé par Nature Québec. Le but de ces randonneurs est d’attirer l’attention sur l’île et ses habitants, en espérant qu’Anticosti sera sur toutes les lèvres pour d’autres raisons que l’exploitation des hydrocarbures. Selon eux, il y a certainement « mieux à faire » sur l’île que de développer des projets pétroliers ou gaziers qui « posent des risques à la biodiversité et à l’environnement ».

Lire sur Le Devoir

Pourquoi la Grande traversée d’Anticosti ?

L’île d’Anticosti fait présentement l’objet d’un intense débat public lié à l’exploration pétrolière. Les enjeux sont grands. Les forages avec fracturation hydraulique, qui consomment de vastes quantités d’eau, auraient un impact direct sur les rivières à saumons de l’île, dont la célèbre rivière Jupiter.  Une exploitation à large échelle bouleverserait les mieux naturels en profondeur. Le Premier ministre du Québec s’est récemment dissocié de la filière pétrolière sur Anticosti mais la menace de poursuites par Pétrolia et Corridor ressources  plane.  De son côté, la communauté d’Anticosti est ballotée et laissée à elle-même. Quel avenir pour Anticosti? Comment développer une économie durable sur l’île tout en privilégiant la conservation. Anticosti pourrait-elle devenir une destination écotouristique d’envergure, un Costa Rica du Nord?

Lire sur le site de la Grande Traversée d’Anticosti