Éric-Pierre Champagne / La Presse :

Des experts s’inquiètent de voir Équiterre alarmer la population au sujet de la présence d’atrazine dans l’eau du robinet. Ils estiment néanmoins que ce pesticide doit être banni, mais plutôt pour ses conséquences sur les écosystèmes marins.

L’organisation écologiste a dénoncé la semaine dernière la présence d’atrazine dans l’eau du robinet de Montréal et de Toronto, au moment où Santé Canada réévalue l’homologation de ce produit. Les analyses commandées par Équiterre ont démontré des concentrations inférieures aux normes canadiennes et québécoises, mais supérieures à celles de l’Union européenne, où cet herbicide est interdit depuis 2003.

Selon Julie Brodeur, toxicologue à la Direction régionale de santé publique de Montréal, les concentrations d’atrazine sont si faibles qu’on peut presque affirmer qu’il n’y en a pas dans l’eau du robinet des Montréalais. « Dans l’île de Montréal, les concentrations mesurées par les laboratoires accrédités sont en dessous de 0,1 microgramme par litre. C’est donc sous la recommandation canadienne de 5 microgrammes par litre et sous la norme provinciale de 3,5 microgrammes par litre », souligne Mme Brodeur.

Lire sur La Presse