AFP :

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exprimé son «espoir» que le futur président américain Donald Trump «comprenne l’urgence» de l’action contre le réchauffement, à la conférence sur le climat de Marrakech où sont attendus mardi plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement.

«Notre espoir est que le président nouvellement élu, M. Trump, entende et comprenne le sérieux et l’urgence de l’action climatique», a dit à la presse M. Ban, «convaincu» que le futur président «prendra une décision sage».

Près de 180 responsables – chefs d’État et ministres – des pays signataires de l’accord de Paris viennent mardi et mercredi à la tribune de la 22e conférence climat de l’ONU, une semaine après l’élection de Donald Trump.

«Nous attendons qu’ils rappellent qu’ils sont prêts à continuer l’action et à l’accélérer, et qu’ils envoient un message fort à Trump et au reste du monde», a déclaré Célia Gautier, du Réseau Action Climat (900 ONG).

Lire sur La Presse

Climat: l’élection de Trump donne au Québec l’occasion de briller, selon Couillard

La Presse Canadienne :

L’élection de Donald Trump donne de l’importance au Québec dans la lutte aux changements climatiques, a laissé savoir le premier ministre Philippe Couillard, lundi, au premier jour de sa participation à la COP22, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, à Marrakech, au Maroc.

Pour étayer son argument, il a dressé un parallèle entre la situation actuelle aux États-Unis et le long règne du gouvernement de Stephen Harper à Ottawa.

Le fédéral n’était alors pas actif sur le front de la réduction des gaz à effet de serre (GES) et c’est le Québec qui a occupé la chaise vide et porté le message canadien et québécois dans le monde, a résumé M. Couillard.

De même, l’opposition manifeste du nouveau président désigné Donald Trump à la lutte aux changements climatiques et sa volonté de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris pourrait donner au Québec l’occasion de briller, selon le premier ministre.

«Je crois que ça va donner encore plus d’importance aux actions des États [américains] et des provinces en Amérique du Nord», a-t-il déclaré lors d’un point de presse à la sortie d’une réunion avec une délégation québécoise d’entrepreneurs et de représentants de la société civile, dans un chic hôtel de Marrakech.

Lire sur Le Soleil

New Delhi étouffe, un avertissement à Donald Trump

Richard Dupaul / La Presse :

Il a promis de redémarrer les centrales au charbon, fermées par Barack Obama…

Il veut déchirer l’accord de Paris sur le climat. Et démanteler l’Agence de protection de l’environnement (EPA), qui a réussi à grandement améliorer la qualité de l’air et fait économiser des milliards en soins de santé…

Il veut « libérer » le potentiel des réserves pétrolières du pays pour réduire le coût de l’énergie…

Autant de mesures qui, promet le prochain président des États-Unis, vont donner un nouvel élan à l’économie.

Or, avant de donner suite à ses engagements électoraux, Donald Trump devrait aller faire un tour à New Delhi. Car la capitale indienne est un enfer ces temps-ci, de l’avis même de ses résidants qui étouffent dans une pollution atmosphérique record.

Bon nombre des 17 millions d’habitants de la ville en sont rendus à calfeutrer leur maison avant de se regrouper autour de purificateurs d’air pour mieux respirer, racontent des médias locaux.

Lire sur La Presse