Simon-Pierre Savard-Tremblay / Le Journal de Montréal :

Samedi matin, le projet de loi 106 sur la politique énergétique et les hydrocarbures a été adopté à l’Assemblée nationale après une nuit de débats. Le bâillon a dû être imposé. Notre gouvernement a encore eu à serrer la vis de la démocratie pour mieux nous « sauver ».

S’il est bien un endroit où la loi fait réagir, c’est à Anticosti, cible des pétrolières s’il en est une. Un « beau cadeau de Noël aux pétrolières », a déclaré le maire de L’Île-d’Anticosti, John Pineault, à qui nous volons la formule pour tirer ce billet. Le drapeau du Québec y sera en berne jusqu’aux prochaines élections. Espérons pour eux que le résultat des élections ne les force pas à garder le fleurdelisé en berne quatre ans de plus… Quoi qu’il en soit, la réaction des autorités locales tranche avec celle de Pétrolia, dont les dirigeants accueillent favorablement l’adoption du projet de loi.

Le projet de loi n’est pas à rejeter en bloc : la partie sur la transition énergétique est intéressante et contient des engagements non-négligeables.

Par contre, il fait du sous-sol québécois un bar ouvert, intégralement disponible aux compagnies pétrolières et gazières. Le sous-sol québécois sera désormais offert aux intérêts particuliers. De « belles » pratiques telles que la fracturation hydraulique, la fracturation à l’acide et la stimulation des puits à l’acide sont à anticiper. Quant aux redevances, elles demeurent pour le moins faiblardes. (…)

En 2004, les rappeurs du groupe Loco Locass chantaient ceci : « On est loin de « Maître chez Nous », maintenant comme jamais, il y a un traître chez nous ! ».
Ils ne croyaient pas si bien dire.

Lire sur Le Journal de Montréal