Jean-Philippe Thibault / Le Pharillon :

La première carcasse de béluga de l’année a été retrouvée la semaine dernière à Gaspé, du côté de l’Anse-à-Valleau.

Un signalement citoyen a été effectué mercredi au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins et un spécialiste de l’Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent est venu recueillir différents échantillons organiques vendredi midi. De la peau, du gras, du muscle et une portion de la mâchoire inférieure ont été extraits pour des analyses ultérieures. Pour l’instant, l’imposante carcasse est toujours sur le rivage. Il s’agit d’un mâle d’une longueur de 4,85 mètres. La littérature scientifique signale que les bélugas peuvent mesurer entre 3 et 5 mètres, ce qui en fait l’un des plus gros de son espèce. Selon les premières évaluations, il pourrait peser jusqu’à deux tonnes. Impossible cependant de déterminer de manière précise les causes ni la date du décès de ce spécimen. La bête n’était pas suffisamment fraîche pour procéder à une nécropsie. La présence de la carcasse a également été signalée au ministère de l’Environnement qui pourrait éventuellement s’occuper d’en disposer, à moins que la mer et la nature ne s’en chargent elles-mêmes. Mais il semble que l’animal ne cause pas de problème ni de nuisance pour l’instant auprès des résidents des alentours.

Lire sur Le Pharillon