Robert Michaud – Directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) / Opinion, Le Devoir :

Lettre aux premiers ministres du Canada et du Québec

Monsieur Trudeau, M. Couillard, permettez-moi de vous présenter Delphi et Leucas. Il s’agit de deux bélugas que je côtoie tous les étés dans le Saint-Laurent. Ils ont tous deux moins de 20 ans. Delphi est une femelle et devrait donner naissance à son premier veau bientôt. Leucas est un mâle et consacre son temps à tisser son réseau social. Ils appartiennent à une population « en voie de disparition » et ont besoin de votre aide immédiate. Si nous partageons bien le Saint-Laurent avec eux, ils pourraient vivre jusqu’en 2080 ! Nos choix d’aujourd’hui façonnent le monde dans lequel ils vivront. (…)

Il serait malheureux encore une fois d’opposer les bélugas au développement économique. Il serait surtout périlleux de le faire à la pièce, projet par projet. Comme le développement économique, la protection des bélugas a besoin d’une stratégie. Sinon, comme il arrive souvent, nos stratégies de développement économique gagneront de vitesse nos stratégies de rétablissement des espèces en péril. La création d’un réseau de refuges acoustiques sous la forme de zones de protection marine, d’aires marines protégées ou de sanctuaires dans lesquels nous éviterions d’accroître l’activité humaine pourrait protéger les bélugas. Elle nous permettrait aussi de mieux préparer l’avenir, en conjuguant nos aspirations pour un monde meilleur, pour les bélugas et pour nous. La protection des bélugas peut aussi être une fierté et un moteur pour le développement économique.

Lire sur Le Devoir

ICI Radio-Canada : Un organisme veut la création de zones maritimes protégées pour les bélugas

Le Journal de Montréal : Bélugas: Justin Trudeau et Philippe Couillard interpellés