La Presse Canadienne :

Cédant aux menaces de blocage des sentiers de motoneige, le gouvernement Couillard fait marche arrière dans son affrontement avec les agriculteurs sur la question des taxes foncières.

Les libéraux ont donc fait savoir vendredi qu’ils renoncent à leur réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA).

Les municipalités appliqueront l’ancien régime de taxation, qui était plus généreux pour les agriculteurs – même si le retour au statu quo coûtera moins cher aux citoyens. Le rétablissement du programme devrait en effet coûter 7 millions $ de moins au Trésor, soit 145 millions $ plutôt que 152 millions $.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) était en guerre depuis plusieurs mois contre la réforme et, outre une requête déposée en cour, le syndicat agricole menaçait de perturber la saison touristique des régions à compter de lundi prochain en refusant aux motoneigistes l’accès aux sentiers situés sur les terres agricoles.

Lire sur La Presse

Laurent Lessard annule la réforme de taxes foncières agricoles

Claudia Fortier / L’Éclaireur :

Le ministre de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, a annoncé le vendredi 3 février qu’il abandonnait la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles alors que les municipalités appliqueront plutôt l’ancien régime.

L’un des moyens de pression mis de l’avant par les agriculteurs au cours des dernières semaines afin de dénoncer cette réforme était le blocage des sentiers de motoneige et de quad passant sur des terres agricoles qui était prévu le 6 février.

«Nous faisons le choix du développement économique des régions. Les discussions que j’ai eues depuis la semaine dernière avec les représentants de l’Union des producteurs agricoles m’ont prouvé que nous étions dans une situation irréconciliable. Bien que, dans la réforme que nous proposions, le gouvernement investissait plus d’argent que dans le programme existant, les variations entre certains producteurs étaient jugées inacceptables par ceux-ci», a-t-il dit pour expliquer sa décision d’y mettre un terme. Il a également mentionné qu’un nouveau programme serait créé prochainement.

Lire sur L’Éclaireur