Institut économique de Montréal (IEDM) / Opinion, Le Soleil :

Malgré de multiples revers juridiques devant les tribunaux de l’OMC et de l’ALENA, les producteurs de bois d’oeuvre résineux américains réclament toujours l’imposition de limites et de tarifs sur les importations canadiennes de bois d’oeuvre, qui leur feraient une concurrence déloyale en étant subventionnées. Si aucune entente n’est ratifiée d’ici le 12 d’octobre, les importations en provenance du Canada pourraient être assujetties à des tarifs allant jusqu’à 25 %.

Cela placera les producteurs et les travailleurs canadiens, qui peinent à se remettre de la dernière crise économique, dans une situation d’autant plus précaire. La construction résidentielle est le principal débouché pour le bois d’oeuvre et le ralentissement économique des dernières années a mené à la perte de plusieurs milliers d’emplois, alors que 65 % des exportations totales sont destinées au marché américain. Selon les données les plus récentes, ce sont donc 5,6 milliards $ de produits exportés en 2015 et plus de 19 000 emplois qui seront affectés par le résultat des négociations et les conditions du marché américain.

Lire sur Le Soleil

*Signataires de l’Institut économique de Montréal (IEDM):

  • Alexandre Moreau, analyste en politiques publiques
  • Jasmin Guénette, vice-président