Vincent Brousseau-Pouliot / La Presse :

(OTTAWA) « C’est le temps ou jamais », dit André Tremblay. Le président du Conseil de l’industrie forestière du Québec veut qu’Ottawa force Washington à reconnaître que le Québec ne subventionne plus son bois d’oeuvre. Bref, le Québec veut un régime de libre-échange, 22 ans après que le bois d’oeuvre eut été exclu de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Lire sur La Presse