La Presse Canadienne :

MONTRÉAL — La Commission du commerce international des États-Unis a déterminé qu’il était raisonnable de croire que l’importation de produits du bois d’oeuvre canadiens cause un préjudice important aux producteurs américains, ce qui ouvre la voie à l’imposition de droits préliminaires.

Selon la commission du commerce, le bois d’oeuvre canadien nuirait aux producteurs américains parce qu’il «serait subventionné et vendu aux États-Unis en deçà de sa juste valeur». La commission ajoute que le département américain du Commerce poursuivra maintenant son enquête, amorcée le 16 décembre dernier, et qu’une décision définitive serait prise plus tard.

Cette décision préliminaire pourrait toutefois forcer déjà les importateurs américains à verser des dépôts au comptant pour acquitter des droits compensatoires préliminaires au début du mois de mars, puis des droits antidumping à la mi-mai — à moins que ces dates-butoirs ne soient reportées entre-temps.

Au Canada, l’imposition de ces droits se traduirait par des pertes d’emplois et des fermetures d’usines, selon les producteurs canadiens. La valeur des exportations canadiennes de bois d’oeuvre aux États-Unis s’élève à environ 4,7 milliards $ US pour l’année dernière, selon le département américain du Commerce.

Lire sur le Journal Métro