Sabrina Malaison / Le Courrier de Saguenay :

BOIS. Unifor demande au gouvernement du Québec qu’il soutienne les entreprises et les travailleurs de l’industrie forestière dans la crise du bois d’oeuvre et des négociations concernant l’accord de commerce avec les États-Unis.

C’est ce qu’explique le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné alors qu’au Québec, 135 municipalités de la province et 60 000 travailleurs dépendent du domaine forestier qui génère des retombées de 15 milliards par année et exporte 40% des produits aux États-Unis. « C’est important que le gouvernement mette en place des garanties de prêts pour venir en aide aux entreprises qui ont moins les reins financiers pour être capables de supporter la bataille. Si une installation ferme dans une communauté, il faut qu’il y ait un programme spécial pour les travailleurs. »

L’organisation syndicale travaille aussi avec la coalition du gouvernement du Québec, l’Union des municipalités et des acteurs de l’industrie, afin d’exclure le régime forestier québécois des négociations canadiennes et d’avoir une position commune en tenant compte des particularités régionales.

Réouverture de l’usine de panneaux à Chambord

Par ailleurs, M. Gagné souhaite la réouverture de l’usine de panneaux à Chambord, une propriété de Norbord fermée depuis 2008. « Je crois que c’est l’élément le plus générateur de retombées économiques. On travaille activement avec Norbord pour relancer cette usine. On a rencontré M. Blanchette pour mettre de la pression pour qu’il débloque les allocations forestières. »

Plusieurs éléments sont à voir, dont le plan d’affaires et une évaluation de la possibilité forestière alors que les installations ne font plus de coupes depuis neuf ans.

Lire sur Le Courrier de Saguenay

Ajout :

TVA Nouvelles : Le syndicat Unifor craint l’ajout d’une taxe de 30%

Le Manic : Bois d’oeuvre: Unifor craint les impacts d’une nouvelle crise