Paul Journet / La Presse :

Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall a tellement tort que cela a des vertus pédagogiques

Le trublion de la fédération s’oppose à tout prix plancher du carbone. Au nom du fédéralisme coopératif, il dit chercher un consensus. Mais il réclame en fait l’unanimité, pour mieux s’arroger un droit de veto. En mars dernier, à cause de son blocage, les provinces ont seulement réussi à s’entendre sur l’importance de s’entendre à ce sujet, à un moment donné… La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, s’est impatientée avec raison. Dimanche, elle a annoncé qu’Ottawa imposerait bientôt un prix minimum pour le carbone là où il n’y en a pas. C’est-à-dire en Saskatchewan et en Nouvelle-Écosse. Selon M. Wall, ce ne serait pas le bon moment, car le secteur de l’énergie souffre de la chute du prix du pétrole. Et ce ne serait pas non plus une priorité, car le Canada ne compte que pour 1,6 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Il faudrait plutôt mettre la pression sur les grands pollueurs comme la Chine, a-t-il soutenu à CTV.

Lire sur La Presse

Taxe sur le carbone : Brad Wall giflé dans un éditorial de La Presse

ICI Radio-Canada :

(…) Dans un texte intitulé « Le Dinosaure de la fédération », Paul Journet a qualifié M. Wall de « trublion de la fédération qui s’oppose à tout prix plancher du carbone. » M. Journet soutient que le Saskatchewanais mine les efforts d’Ottawa dans sa lutte contre les changements climatiques en s’opposant à toute tarification punitive du carbone. Le gouvernement fédéral a indiqué qu’il pourrait imposer une taxe sur le carbone.

Lire sur ICI Radio-Canada