Anne Caroline Desplantes / Le Journal de Montréal :

Québec vient de céder la dernière grande forêt vierge de la province aux compagnies forestières, dénonce une partie des Cris du Nord-du-Québec. «J’ai le sentiment qu’une partie de moi est morte et qu’on m’oblige à rester là à regarder le massacre, comme un otage», souffle Don Saganash, les larmes aux yeux, alors qu’il brandit une banderole devant l’Assemblée nationale. Ce trappeur cri proteste contre l’accord signé hier entre Québec et le Grand conseil de cris, qui donne aux compagnies forestières le droit d’exploiter son territoire ancestral.

Lire sur Le Journal de Montréal