François Cardinal / La Presse :

J’arrive tout juste du Japon, où les taxis sont d’une propreté maniaque. Les voitures sont toujours fraîchement lavées, en plus d’être frottées à chaque pause. Les chauffeurs sont vêtus d’un veston, d’une cravate et de gants aussi blancs que la dentelle qui recouvre les sièges, oui, oui ! En fait, les taxis sont si propres que j’avais peur de les salir en embarquant… alors qu’à Montréal, c’est l’inverse, j’ai plutôt peur de me salir en embarquant dans les taxis. Faut le faire.

Lire sur La Presse