Charles Lecavalier / Le Journal de Québec :

La Caisse de dépôt et placement du Québec a augmenté sa participation dans l’industrie du pétrole, du gaz et du charbon cette année et cumule des placements de 16,7 milliards $ en 2016, déplore l’organisme Recycle ta Caisse.

«La valeur des placements dans ces trois formes d’énergies a connu sur un an une augmentation de 4,5 milliards et leur proportion dans le portefeuille global de la Caisse est passée de 4,9 % à 6,2 %», peut-on lire dans le rapport rédigé par un groupe «constitué de bénévoles qui ne reçoit aucun financement provenant d’entreprises ou de groupes environnementaux», mais qui est promu par la Fondation David Suzuki et Greenpeace Canada.

«La Caisse devrait concrètement faire un virage à 180 degrés : passer d’investir à vendre ses actions et ses obligations dans les hydrocarbures. En désinvestissant des énergies fossiles, la Caisse harmoniserait son action dans le secteur de l’énergie avec sa stratégie générale consistant à privilégier les placements offrant un rendement élevé et prévisible», écrit-on dans ce document dont la préface est signée par Éric Pineault, professeur au département de sociologie et à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

Lire sur Le Journal de Québec

Le Devoir : Les énergies fossiles séduisent la Caisse de dépôt