Communiqué de Sortons la Caisse du Carbone :

L’injection de 3 milliards $ de nouveaux fonds dans les pipelines en 2017 entraîne le portefeuille pétrole, gaz et charbon de la Caisse de dépôt vers le triste record de 18,5 milliards $

24 mai 2018 (Montréal) – La coalition Sortons la Caisse du carbone publie aujourd’hui son analyse annuelle des investissements de la CDPQ dans les énergies fossiles. L’étude montre que l’implantation de la nouvelle Stratégie d’investissement face aux changements climatiques de la CDPQ visant à diminuer l’intensité des émissions de carbone de l’ensemble de ses actifs pourrait déjà avoir entraîné des changements importants.

En 2017, la Caisse a stabilisé la proportion du portefeuille investi dans les énergies fossiles à 6,2% de son portefeuille global et elle semble avoir amorcé un retrait des placements dans les secteurs fortement émetteurs du charbon et des sables bitumineux.

Le collectif Sortons la Caisse du carbone déplore cependant que les investissements de la Caisse dans le pétrole, le gaz et le charbon aient atteint un triste record de 18,5 milliards $ en 2018, soit une hausse de 1,5 milliard par rapport à 2016. Sortons la Caisse du carbone est particulièrement choqué d’observer un bond spectaculaire de 3 milliards $ de la valeur des investissements de la Caisse dans les compagnies exploitant les pipelines en 2017. Comment expliquer que la valeur de ce portefeuille soit passée de 5,2 à 8,2 milliards $ ?

« Notre rapport soulève l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’une conséquence involontaire de la stratégie climatique de la Caisse: comme la rémunération est liée à l’atteinte des cibles d’intensité, il est tout à fait plausible que les gestionnaires de fonds aient privilégié l’acquisition de placements dans les compagnies exploitant les pipelines, car leur opération produit peu d’émissions si l’on ignore l’énorme quantité d’émissions de gaz à effet de serre (GES) liée à l’exploitation et de la combustion du pétrole qui transite dans les pipelines. La Caisse doit rapidement corriger cette brèche à sa stratégie climatique », a déclaré Sébastien Collard de Recycle ta caisse.

Sortons la Caisse du carbone rappelle que, dans un contexte de croissance soutenue de son portefeuille, l’objectif de la Caisse de réduire l’intensité carbone par dollar investi ne permettra pas de répondre aux exigences de la transition rapide vers les énergies renouvelables que requiert l’Accord de Paris. Contrairement à la capacité d’investir de la Caisse, la science nous indique que la quantité maximale de GES qu’on peut émettre si l’on veut contenir le réchauffement planétaire nettement sous les deux degrés Celsius ne croit pas, elle, avec l’économie.

« Afin de relever le défi climatique et de respecter l’Accord de Paris, la Caisse doit viser une réduction des émissions de gaz à effet de serre totales associées à son portefeuille plutôt que des émissions par dollar investi. La Caisse doit rapidement désinvestir des combustibles fossiles et des pipelines, il n’y a pas de compromis à faire avec le climat planétaire », a déclaré Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace.

L’augmentation récente du prix du pétrole ne doit pas nous faire oublier que les investissements dans les énergies fossiles ont donné un rendement significativement inférieur au reste de l’économie pendant la dernière décennie. Elle ne doit pas non plus nous faire oublier les nombreux risques financiers associés à l’éclatement de la bulle du carbone dans un contexte de transition technologique accélérée. « La Caisse doit retirer ses investissements des énergies fossiles et les rediriger rapidement vers les énergies renouvelables », a déclaré Mélanie Busby de Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC).

Pour consulter l’Analyse des placements fossiles de la Caisse de dépôt et placement en 2017 par le groupe Sortons la Caisse du carbone : http://bit.ly/RapportCDQPEF2017
Pour consulter la pétition de Sortons la Caisse du carbone : http://sortonslacaisseducarbone.org