Laurence Martin / ICI Radio-Canada :

Les importations de pétrole ont augmenté en 2016 pour atteindre leur plus haut niveau en quatre ans, selon l’Office national de l’énergie. Pourquoi? La construction du pipeline Énergie Est pourrait-elle changer la donne? Tour d’horizon.

L’augmentation n’est pas fulgurante, mais elle est notable.

En 2014, le Canada importait 637 000 barils de pétrole brut par jour en moyenne. En 2016, c’était 769 000 barils, soit une augmentation de près de 20 %.

Cette augmentation fait en sorte que près de la moitié du pétrole utilisé au Canada est importé.

Pour comprendre cette hausse des importations, il faut d’abord se tourner vers les pays de l’OPEP. Le prix du pétrole étranger qui était très élevé en 2014 a chuté de façon importante depuis.

Comme le prix du pétrole étranger est plus bas, c’est moins intéressant de transporter par train du pétrole de l’ouest vers l’est du pays.
Colette Craig, analyste financière, Office national de l’énergie
Est contre Ouest

L’autre gros problème, c’est que les sables bitumineux de l’ouest du pays sont des gisements de pétrole lourd, alors que les raffineries du Québec et du Nouveau-Brunswick raffinent surtout du pétrole léger.

D’où le besoin d’importer du brut léger des pays de l’OPEP ou des États-Unis.

Lire sur ICI Radio-Canada

Note écoQuébec Info : Le Québec n’importe pas de pétrole de l’Arabie saoudite, tel que démontré par le graphique du rapport sur l’état de l’énergie au Québec publié par la Chaire de gestion du secteur de l’énergie des HEC.
(Lien vers le rapport)

graphique_importation_petrole_quebec_chaire-energie_hec