Alexandre Shields avec l’AFP / Le Devoir :

La Caisse de dépôt a encore d’importants investissements dans des entreprises du secteur

Le gouvernement Trudeau espère débarrasser progressivement le Canada du pire combustible fossile de la planète, avec la fermeture d’ici 2030 de l’essentiel des centrales électriques fonctionnant au charbon. Mais si la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, y voit un geste important pour la lutte contre les changements climatiques, l’objectif annoncé lundi représente une réduction d’à peine 1 % des émissions canadiennes de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.

Dans la foulée de la « vision » des libéraux orientée vers « une croissance propre de l’économie », la ministre McKenna a fait valoir lundi que le gouvernement entend bonifier la production d’énergies renouvelables au pays, de façon à ce que celles-ci représentent 90 % du bilan canadien à l’horizon 2030, contre 80 % à l’heure actuelle. (…)

Le plus important investisseur institutionnel du Québec, la Caisse de dépôt et placement, détient d’ailleurs toujours des centaines de millions de dollars d’investissements dans des entreprises liées à l’exploitation ou à la combustion du charbon, et ce, dans plusieurs pays.

Selon les données compilées par l’organisme « Recycle ta caisse » à partir du rapport annuel 2015 de la Caisse, les investissements totaux atteignaient l’an dernier 466 millions de dollars. Ceux-ci étaient toutefois en baisse, par rapport à 2014, alors qu’ils atteignaient 811 millions de dollars.

Lire sur Le Devoir

Ottawa veut fermer les centrales au charbon

(…) Les provinces de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse pourront soit fermer complètement leurs centrales au charbon, ou avoir recours «à des technologies de capture et d’entreposage du carbone», a indiqué Mme McKenna. La fermeture des centrales permettra de réduire «de plus de 5 millions de tonnes» les émissions du Canada vers 2030, a ajouté la ministre.

Lire sur Le Journal de Montréal

Ottawa veut faciliter la fermeture progressive des centrales au charbon

Mélanie Marquis / La Presse Canadienne :

(…) En confirmant son intention de tourner progressivement le dos au charbon, le Canada emboîte le pas à des pays comme la France, le Royaume-Uni, l’Autriche ou encore le Danemark, a fait remarquer Catherine McKenna.

La ministre dit ne pas s’inquiéter outre mesure du fait qu’au sud de la frontière, le président désigné des États-Unis, le climatosceptique Donald Trump, semble avoir l’intention d’emprunter un chemin diamétralement opposé, ayant promis d’accroître la production de charbon.

« Nous considérons cela comme une énorme opportunité pour le Canada. […] C’est une opportunité d’exportation [d’électricité] vers les États-Unis », a-t-elle offert, soutenant que le secteur privé est pleinement conscient que l’avenir est à la décarbonisation.

Lire sur Le Devoir