La Presse Canadienne :

Le Canada viserait à réduire de 80 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2050 par rapport à leur niveau de 2005, a appris La Presse canadienne. Le gouvernement Trudeau suivrait ainsi l’exemple des États-Unis qui, dans leur stratégie, ont le même objectif de 80 %.

Un dirigeant de Greenpeace Canada a informé par courriel La Presse canadienne que des représentants de la délégation canadienne à la COP22, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Marrakech, avaient indiqué lors d’une rencontre que la cible avait été établie à 80 %.

La stratégie canadienne visant à atteindre ce seuil devrait également être dévoilée sous peu. Elle préconiserait de doubler la production d’électricité propre, issue de sources non polluantes. La production d’énergie tirée de la biomasse ferait aussi partie de la stratégie.

Lire sur ICI Radio-Canada

COP22: une Inuite s’adresse aux leaders du monde au nom du Canada

La Presse Canadienne :

MARRAKECH, Maroc – Une jeune Inuite a pris la parole mercredi pour le Canada à la COP22, la Conférence des Nations unies (ONU) sur les changements climatiques à Marrakech, au Maroc.

Maatalii Okalik s’est adressé au parterre de diplomates, de chefs d’État et de gouvernement pour la déclaration officielle du Canada à la plénière de cette conférence internationale, au côté de la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna. Incidemment, leurs discours ont été prononcés en anglais et aussi en inuktitut, mais sans un mot de français.

La ministre en a par ailleurs profité pour annoncer une enveloppe de près de 1,8 milliard $ du Canada aider l’entreprise privée appuyer les pays en développement dans leurs efforts pour réduire l’empreinte du carbone dans leur économie.

«J’ai espoir qu’avec votre leadership vous allez définir notre avenir, en collaboration avec les peuples autochtones (…)», a déclaré Maatalii Okalik , qui est présidente de la National Inuit Youth Council.

«Notre avenir collectif en dépend», a-t-elle affirmé au terme de son allocution, avant d’être applaudie.

Lire sur L’actualité