Denis Lessard / La Presse :

Le gouvernement Couillard espère annoncer rapidement une revue de la politique sur la consigne, un train de mesures qui, entre autres, haussera de 5 à 10 cents la consigne des canettes et des bouteilles, laquelle n’avait pas été revue depuis le milieu des années 80. Mais déjà, ses orientations font grincer des dents chez les commerçants. Élément central, tous les contenants de moins de 900 millilitres seront consignés; cela représente plus de 1 milliard de contenants. Des bouteilles d’eau individuelles aux canettes de jus de tomate, ce sont autant de contenants qui ne sont pas consignés actuellement et qui seront récupérés, indique le document de présentation de 22 pages de Recyc-Québec, Modernisation du système de consigne, daté du 29 septembre dernier.

Lire sur La Presse

Les brasseurs en faveur d’une réforme de la consigne

Argent, Agence QMI :

Les grands brasseurs du Québec accueillent favorablement l’idée d’une réforme du système de consigne sur les contenants et estiment que la «réflexion gouvernementale en cours est un pas dans la bonne direction». Québec se prépare à annoncer plusieurs mesures visant à moderniser le système de consigne, qui a 30 ans, comme le souligne Émilie Simard, attachée de presse du ministre du Développement durable, David Heurtel.

«On travaille à sa modernisation. Tout est sur la table.» C’est Recyc-Québec qui a pour mandat de se pencher sur le régime et de revenir avec des propositions. «Le gouvernement prendra une décision en temps et lieu», dit Mme Simard.

Selon un document de Recyc-Québec, Québec ferait passer la consigne de 5 à 10 sous pour les bouteilles de moins de 900 ml. L’Association des brasseurs du Québec (ABQ), qui regroupe La Brasserie Labatt, Les Brasseries Sleeman et Molson Coors Canada, dit recevoir avec ouverture les différentes hypothèses de travail concernant la prise en charge complète du système public par Recyc-Québec, «tant pour les aspects financiers que logistiques».

Lire sur TVA Nouvelles

Ajout :

Changements à la consigne: déception et incrédulité

Marie-Eve Fournier / La Presse :

Les propositions de Recyc-Québec pour moderniser le système de consigne dans la province sont loin de faire l’unanimité chez les détaillants. Petits et grands voient mal comment Québec pourra financer son nouveau système de collecte, qui devra gérer un milliard de contenants de plus par année qu’à l’heure actuelle. Voici les réactions des principaux acteurs de l’industrie.

En vacances sur le bord de la Méditerranée, le PDG de l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA), Florent Gravel, a accepté de commenter le dossier de la consigne parce que les propositions de Recyc-Québec « n’ont pas de bon sens ». « Je ne peux pas m’imaginer deux secondes que le gouvernement va faire ça ! »

Lire sur La Presse

Les embouteilleurs veulent abolir la consigne

François Normand / L’actualité :

Ces visions sont diamétralement opposées, voire irréconciliables, afin de récupérer les bouteilles vides au Québec. Tandis que le gouvernement songe à doubler la consigne, les principaux embouteilleurs veulent accroître massivement la collecte sélective et abolir à terme…la consigne. Ainsi, les libéraux de Philippe Couillard devraient annoncer bientôt une révision de la politique sur la consigne. Plusieurs mesures seraient mises en place, dont une hausse de 5 à 10 cents de la consigne des canettes et des bouteilles, rapportait mardi La Presse +. Le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ) salue le projet du gouvernement québécois.

«Depuis de nombreuses années, le RNCREQ milite pour la révision de la consignation publique, un système qui a fait ses preuves pour assurer une meilleure qualité et une plus grande quantité de matières recyclables ou réutilisables récupérée», affirme l’organisme dans un communiqué.

Lire sur L’actualité