AFP :

La population de caribous du Canada a atteint des niveaux «historiquement bas», en particulier dans l’est de l’Arctique où il a été classé lundi en «voie de disparition», tout comme l’emblématique papillon monarque, selon un comité d’experts scientifiques.

«Les caribous sont malheureusement très sensibles aux perturbations humaines, et nous dérangeons le caribou de plus en plus. Ces facteurs de stress semblent interagir de manière complexe avec le réchauffement rapide dans le Nord», a résumé Justina Ray dans un rapport du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Cosepac).

Le caribou «fait l’objet de déclins alarmants», de «nombreuses hardes nordiques ont maintenant atteint des niveaux historiquement bas, et il y a lieu de s’inquiéter qu’elles ne se remettront pas», craignent les experts de l’organe scientifique qui émet des recommandations au gouvernement fédéral.

Le comité a étudié cette année deux populations de ce cervidé, le troupeau de la toundra, jugé «menacé», et celui des monts Torngat aux confins de l’Arctique québécois et du Labrador, classé «en voie de disparition», c’est-à-dire dont la «disparition est imminente».

Lire sur La Presse

Le monarque, une espèce désormais en péril

Charles Côté / La Presse :

Papillon emblématique de l’Amérique du Nord, remarquable pour sa migration annuelle de 4000 kilomètres, le monarque a perdu tellement d’altitude ces dernières années que le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada recommande de l’ajouter à la liste des espèces en voie de disparition. Les recommandations des scientifiques de ce comité, appelé COSEPAC, sont généralement suivies par le ministre de l’Environnement – dans ce cas-ci Catherine McKenna. Le monarque pourrait donc être déclaré officiellement en voie de disparition d’ici quelques mois.

Qu’est-ce qui se passe avec le monarque ?

Sa population a chuté de plus de 90 % depuis 20 ans. Il y en avait environ 1 milliard et il n’y en a plus que 60 millions, selon Maxim Larrivée, chef de la recherche et des collections à l’Insectarium de Montréal. « Depuis 20 ans, il diminue, mais depuis 2012, la population a franchi un nouveau seuil, dit-il. Il a perdu de la résilience. N’importe quel impact peut avoir des influences très importantes. »

Lire sur La Presse

Communiqué COSEPAC : Le caribou et le papillon monarque : des migrateurs emblématiques du Canada en grave danger