Stéphanie Gendron / Le Journal de Montréal :

VAL-D’OR | Depuis 40 ans, Québec a pris plusieurs décisions pour tenter de protéger la harde de caribous forestiers de Val-d’Or. Mais selon les écologistes, il n’a jamais pris la seule mesure qui les aurait véritablement sauvés: empêcher le développement forestier et l’invasion humaine sur leur territoire.

La décision de transférer les 18 caribous sauvages restants au zoo sauvage de Saint-Félicien a surpris tout le monde. Tous s’accordent pour dire que ce constat d’échec n’est guère surprenant. «Compte tenu de toutes les décisions discutables qui ont été prises par le passé, ce n’est pas surprenant, ce qui arrive», résume Henri Jacob, écologiste et président d’Action boréale.

Lire sur Le Journal de Montréal