Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement Couillard a autorisé au début de l’année l’entreprise forestière EACOM à construire une route au coeur du territoire protégé des caribous de la région de Val-d’Or, malgré l’avis défavorable de ses propres experts de la faune. Il a par la suite décidé d’envoyer ces animaux en captivité, ce qui permettra d’exploiter un territoire actuellement inaccessible en Abitibi.

EACOM a déposé en 2015 une demande pour la construction d’une route d’une trentaine de kilomètres qui lui permettra d’avoir accès à un nouveau secteur de coupe important pour l’entreprise. Ce nouveau chemin forestier doit toutefois empiéter sur l’habitat des caribous de Val-d’Or, puisqu’il passera au coeur d’une zone protégée située aux limites de la réserve de biodiversité mise en place pour ces cervidés.

À la suite de cette requête de l’entreprise, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a d’ailleurs réalisé une première analyse qui concluait que le tracé de la route soulevait « certaines inquiétudes », en raison de ses nombreux impacts sur les animaux, mais aussi sur leur habitat. La biologiste qui signait cet avis faunique proposait donc qu’EACOM réévalue son projet, ou alors envisage des « tracés alternatifs ».

Lire sur Le Devoir

Communiqué Nature Québec : Caribous : travaux autorisés contre l’avis des scientifiques. Le Québec doit maintenant annuler le transfert au zoo et s’asseoir avec les groupes