Agence Science-Presse :

Pourquoi la banlieue aurait-elle plus à craindre des changements climatiques que la ville centre ? À cause des incendies.

Une équipe d’experts en biologie et en ressources naturelles a recensé sur une carte 23 millions d’incendies naturels (forêt, brousse, etc.), dont 478 « événements extrêmes », survenus aux États-Unis et en Australie entre 2002 et 2013.

Si ces catastrophes naturelles sont, sans surprise, concentrées là où il y a davantage de matière à brûler, il est possible de constater aussi que près du tiers des événements extrêmes ont atteint des banlieues, en particulier dans l’ouest des États-Unis et le sud-est de l’Australie.

Lire sur Le Devoir