La Presse Canadienne :

Réunis en conseil pour deux jours à Sudbury, en Ontario, le premier ministre Justin Trudeau et ses ministres ont été avertis, dimanche, qu’ils amorcent une année difficile. La mise en garde est venue de sir Michael Barber, un Britannique ayant œuvré, au début des années 2000, auprès de Tony Blair, l’ancien premier ministre du Royaume-Uni. M. Barber est depuis devenu un consultant qui aide les gouvernements de différents pays à respecter leurs promesses. Il a signifié aux ministres à l’amorce de cette retraite du Cabinet qu’ils avaient en quelque sorte vécu une lune de miel prolongée dans les 10 premiers mois de leur mandat, ayant mené des consultations sur des dizaines d’enjeux et préparé le terrain pour la mise en vigueur de l’ordre du jour ambitieux de M. Trudeau. La partie plus ardue s’amorce dans la deuxième année parce que le gouvernement doit commencer à prendre des décisions difficiles qui ne plairont pas à tous, a fait valoir M. Barber. Les décisions difficiles ne manqueront pas pour M. Trudeau et son Cabinet, de la réforme électorale aux projets d’oléoducs, en passant par la lutte aux changements climatiques et à l’approvisionnement en avions de combat. (…)

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, a reconnu qu’il y avait « certains enjeux difficiles » à surmonter, mais a tenu à dire que de « très bonnes avancées » avaient été accomplies dans les négociations en coulisse. Elle a promis, comme son gouvernement l’avait déjà avancé, un programme sérieux contre les changements climatiques dès cet automne.

Lire sur ICI Radio-Canada