Régys Caron / Le Journal de Montréal :

BOSTON | Les changements climatiques comportent de bonnes nouvelles pour Hydro-Québec, qui entrevoit une augmentation de sa capacité de production grâce à des précipitations plus abondantes. «Les études menées par le groupe Ouranos nous annoncent des choses intéressantes. Vers l’année 2050, on prévoit une augmentation des précipitations au Québec, ce qui est une très bonne nouvelle pour nous. On parle de débits annuels de 12 % plus élevés dans le nord, où se trouvent nos réserves d’eau, et de 5 % plus élevés dans le sud de la province», a énoncé hier le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, dans une allocution prononcée à Boston.

«Notre pétrole à nous.»

«Je vois les changements climatiques positivement, a reconnu M. Martel. L’eau, c’est notre pétrole à nous.» Des précipitations plus abondantes vont générer de plus grandes accumulations d’eau derrière les barrages hydroélectriques, augmentant d’autant les réserves d’énergie propre, a signifié M. Martel, qui accompagne le premier ministre Philippe Couillard à Boston, où se tient la 40e Conférence des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l’Est du Canada.

Lire sur Le Journal de Montréal

Ajout : 

Changements climatiques «bons» pour Hydro-Québec: le PDG corrige le tir

Philippe Teisceira-Lessard :

M. Martel a corrigé le tir ce matin.

«Hydro-Québec est pour la lutte aux changements climatiques. On n’est pas pour les changements climatiques», a assuré le PDG de la société d’État. Les conséquences des changements climatiques – avec l’augmentation du débit des rivières du Nord – «c’est un peu contre-intuitif, mais ça va nous permettre de lutter plus fort contre les changements climatiques», a-t-il dit.

Lire sur La Presse