La Presse Canadienne :

Le ministre des Ressources naturelles Pierre Arcand affaiblit la position du Québec en laissant la porte ouverte à une renégociation d’une entente d’Hydro-Québec pour l’achat d’électricité de la centrale de Churchill Falls, a déclaré mercredi le chef péquiste Jean-François Lisée.

M. Lisée a rappelé que les tribunaux ont débouté à 17 reprises des tentatives de Terre-Neuve-et-Labrador pour contester la validité du contrat, conclu en 1969.

Selon le chef péquiste, le Québec n’a pas intérêt à rouvrir cette entente, qui arrivera à échéance dans 25 ans.

Questionné sur la possibilité de rouvrir le contrat de Churchill Falls pour inclure la production de la nouvelle centrale de Muskrat Falls, M. Arcand a affirmé que le Québec était ouvert à tout bon « deal » qui pourrait se présenter, à la condition que Terre-Neuve renonce d’abord à la voie judiciaire.

Lire sur ICI Radio-Canada

Péquistes et libéraux croisent le fer sur l’accord entre le Canada et l’UE

Jean-Marc Salvet / Le Soleil :

(Québec) Le gouvernement de Philippe Couillard n’entend pas retarder la ratification de l’Accord économique et commercial entre le Canada et l’Union européenne pour faire pression sur Ottawa.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, est revenu à la charge mercredi en demandant au gouvernement Couillard de ne pas signer «le décret d’application de l’entente de libre-échange» tant que le Québec ne sera pas «satisfait de la compensation accordée à [son] industrie laitière et fromagère».

Le souverainiste a chargé Ottawa. «Le gouvernement canadien a posé un geste odieux et a décidé de faire payer le Québec pour une concession qu’il demandait pour l’exportation en Europe de boeuf de l’Ouest. Faire payer le Québec, ça signifiait augmenter considérablement le quota d’importation de lait et de fromages, et en particulier de fromages fins.»

Le chef péquiste a soutenu que l’augmentation prévue de la présence de fromages européens sur le marché canadien «mettra en péril notre industrie naissante de fromages fins».

Une compensation de 1,5 milliard $ sur cinq ans doit lui être accordée, a-t-il dit. Le gouvernement canadien lui offre 350 millions $.

Lire sur Le Soleil