La Presse Canadienne :

Calgary — Le Canada pourrait profiter d’un éventuel relâchement des efforts américains dans la lutte contre les changements climatiques sous l’administration de Donald Trump, a estimé mercredi le premier ministre Justin Trudeau.

Lors d’un discours prononcé devant des gens d’affaires à Calgary, M. Trudeau s’est fait demander s’il était engagé à mettre en place son plan sur le climat même si cela rendait le pays moins concurrentiel avec les États-Unis.

Le premier ministre a répondu que le changement climatique était un fait et que tout le monde allait s’engager dans cette lutte.

Même si ignorer cet enjeu générerait des bénéfices à court terme, a-t-il expliqué, la poursuite des efforts du Canada rendra le pays plus attrayant aux yeux des investisseurs qui voient à long terme.

M. Trudeau a aussi défendu la décision de son gouvernement qui a récemment approuvé deux projets importants d’oléoducs : l’élargissement de l’oléoduc Trans Mountain et le remplacement de la vieillissante canalisation 3 d’Enbridge (TSX : ENB).

Le premier ministre s’est dit persuadé que ces projets seraient construits malgré la forte opposition.

Lire sur Le Devoir

Trudeau à Vancouver pour la première fois depuis l’approbation de Trans Mountain

Alors qu’il effectuait sa première visite en Colombie-Britannique depuis qu’il a donné son feu vert au controversé projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, mardi, le premier ministre Justin Trudeau a abordé la crise des surdoses mortelles et l’augmentation du trafic maritime, deux dossiers importants dans la province de l’Ouest.

Prenant la parole à bord d’un remorqueur de la Garde côtière canadienne, Justin Trudeau a annoncé que deux des bateaux-remorqueurs d’urgence qui ont été promis par Ottawa dans le cadre de son plan de protection des océans canadiens seront en fonction sur la côte ouest canadienne.

Ces navires visent à épauler la Garde côtière lorsqu’elle doit secourir des bateaux commerciaux en détresse et qui posent une menace à la navigation des autres navires et à l’environnement marin.

Cette mesure fait partie du plan de protection des océans annoncé par Ottawa en novembre et qui implique des investissements totaux de 1,5 milliard de dollars.

Lire sur ICI Radio-Canada

Approbation d’oléoducs : le premier ministre du Canada défend sa position à Calgary

Maryse Jobin / ICI Radio-Canada :

De passage à Calgary aujourd’hui, le premier ministre Justin Trudeau a expliqué sa décision d’approuver des projets d’oléoducs en Alberta.

Devant la communauté des affaires, M. Trudeau a aussi rappelé que la ville de Calgary était importante pour la province de l’Alberta et pour le pays.

En novembre, son gouvernement a approuvé les projets de Trans Mountain de la compagnie Kinder Morgan et le remplacement de la canalisation 3 d’Enbridge. Deux projets qui, selon le premier ministre, créeront 22 000 nouveaux emplois dans un secteur gravement touché par la crise du pétrole.

« Les oléoducs ne vont pas régler tous nos problèmes économiques. Les industries du pétrole et du gaz naturel sont importantes, mais elles ne sont pas à elles seules l’ensemble de l’économie. En même temps, le développement des oléoducs n’est pas une catastrophe environnementale en soi. »
– Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Lire sur ICI Radio-Canada

L’Alberta cherche à diversifier son économie

La Presse Canadienne :

Alors que l’Alberta tente d’émerger d’une des pires crises économiques de son histoire, la première ministre Rachel Notley multiplie les efforts pour réduire la dépendance de la province au pétrole et aux cycles de croissance et de repli qui caractérisent ce secteur.

Le gouvernement a mis sur pied diverses subventions et mesures incitatives pour attirer les investissements d’un large éventail d’industries. Les critiques ont plutôt réclamé des baisses de taxes et des reports de politiques environnementales pour tenter de stimuler l’économie albertaine, moribonde.

Voici les principaux efforts mis en avant par le gouvernement de la province, dans cinq de ses secteurs clés.

Pétrochimie

Pour encourager un plus grand traitement local de ses ressources énergétiques, la province a mis sur pied un programme pour attirer les entreprises qui transforment le propane en plastique utilisé dans plusieurs produits, des pièces d’automobiles aux billets de banque canadiens.

Lire sur Le Devoir