05AFP :

Les États-Unis se sont joints samedi à la Chine pour annoncer de concert leur ratification de l’accord de Paris sur le climat, conclu en décembre à l’issue de la COP21, ce qui accélère grandement le processus vers son entrée en vigueur. Le président Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping ont annoncé ensemble la ratification par leurs deux pays, les deux principaux pollueurs du globe, en marge d’un sommet du G20 à Hangzhou (est de la Chine). Ils ont remis au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon les documents de ratification de ce traité, qui vise à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2 voire 1,5°C par rapport au niveau pré-industriel.

Lire sur TVA Nouvelles

La Chine ratifient l’accord de Paris

AFP :

La Chine, principal pollueur de la planète, a ratifié samedi l’accord mondial sur le climat conclu le 12 décembre à Paris à l’issue de la COP21, a annoncé l’agence étatique Chine nouvelle, tandis que les États-Unis devaient lui emboîter dans la journée. L’organe législatif le plus élevé du régime communiste a voté «la proposition pour ratifier» ce traité historique visant à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2 voire 1,5°C par rapport au niveau pré-industriel, a précisé l’agence. L’accord de Paris, adopté en décembre, a été formellement signé par 175 pays en avril à New York, mais chaque pays doit ensuite, selon ses propres modalités (vote au Parlement, décret, etc.), ratifier le texte. Au moins 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement planétaire, doivent ratifier l’accord pour qu’il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020. À ce stade, seuls 23 pays sont allés au bout du processus: surtout des petits États insulaires, parmi les plus exposés, mais ne représentant qu’une part infime des émissions.

Lire sur La Presse

L’aviation civile adoptera un régime de régulation du CO2

AFP :

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a dévoilé vendredi un projet de résolution, que devrait adopter la communauté internationale fin septembre, établissant un premier régime de mesures et de compensation des émissions de gaz à effet de serre de ce secteur. Cette mesure était très attendue, alors que les émissions de CO2 du secteur aérien, tout comme celles du secteur maritime, n’ont pas été prises en compte dans l’accord de Paris sur le climat signé en décembre lors de la COP21. Ce régime mondial de mesures basées sur le marché (MBM) «est un élément important de la stratégie de l’OACI pour atténuer la croissance des émissions de CO2 du secteur de l’aviation civile», a fait valoir dans un communiqué cette agence des Nations unies établie à Montréal. Ses 191 États membres seront appelés à l’adopter lors de l’Assemblée générale qui se tient du 27 septembre au 7 octobre dans la métropole québécoise.

Lire sur La Presse

Ajout : 

Climat: un «bon signal» envoyé par Pékin et Washington, selon ONG et experts