AFP :

L’entrée en vigueur d’ici la fin de l’année de l’accord de Paris sur le climat, conclu en décembre 2015, est «loin d’être acquise», a déploré le président français François Hollande en pressant les pays signataires de procéder à sa ratification. Selon cet accord, la communauté internationale s’était engagée à limiter le réchauffement de la planète «bien en deçà» de 2°C, par rapport au niveau préindustriel. «La première urgence, c’est l’entrée en vigueur de l’accord avant la fin de l’année. Et c’est loin d’être acquis», a regretté le chef de l’État dans son discours diplomatique de rentrée devant les ambassadeurs français. «Il est très important de passer des promesses aux actes», a-t-il insisté, en demandant au corps diplomatique français à l’étranger de «redoubler d’efforts pour inciter vos pays de résidence à ratifier l’accord avant la réunion de Marrakech», où se tiendra en novembre la 22e conférence de l’ONU sur le climat (COP22). «La France, elle, a fait son travail», a rappelé le président Hollande. Le pays hôte de la négociation de Paris dite COP21, a ratifié l’accord le 8 juin par un vote du parlement.

Lire sur Le Soleil

Réchauffement climatique: l’ex-président de la COP21 «inquiet»

AFP :

L’ancien président de la conférence de Paris COP21, Laurent Fabius, exprime son « inquiétude » face à la lenteur des actions menées pour lutter contre le réchauffement climatique, dans une tribune publiée mardi sur le site du quotidien français Le Monde. « À l’immense satisfaction d’avoir réussi, en décembre 2015, la conférence mondiale de Paris sur le climat succède aujourd’hui chez moi, comme chez beaucoup d’autres, une inquiétude »,écrit-il. Parmi « les difficultés majeures », souligne-t-il, figure le problème de la non-ratification de l’accord de Paris sur le climat par les cinq premiers émetteurs mondiaux de CO2 (Chine, États-Unis, Union européenne, Inde et Russie). Selon l’accord signé en décembre, la communauté internationale s’était engagée à limiter le réchauffement de la planète « bien en deçà » de 2 °C, par rapport au niveau préindustriel. Au moins 55 pays représentant 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), responsables du réchauffement, doivent ratifier l’accord pour qu’il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020.

Lire sur La Presse

Accord de Paris sur le climat: où en est-on huit mois après la COP21?

AFP :

Huit mois après son adoption à Paris par 195 pays, l’accord « historique » pour lutter contre le réchauffement de la planète est en cours de ratification: une entrée en vigueur d’ici fin 2016 est jugée possible après la COP22 à Marrakech en novembre. L’entrée en vigueur exercera une pression supplémentaire sur les Etats pour qu’ils enclenchent une transition énergétique compatible avec l’objectif de limiter le réchauffement en dessous de 2°C.

Signer n’est pas ratifier

L’accord conclu à Paris a été formellement signé par 175 pays en avril à New York. Chaque pays doit ensuite, selon ses propres modalités (vote au Parlement, décret, etc.), ratifier le texte, puis déposer aux Nations Unies un document actant son adhésion. A ce stade, 23 pays sont allés au bout du processus: surtout des petits États insulaires, parmi les plus exposés. De nombreux pays s’apprêtent à le faire dans les prochaines semaines. La Chine et les États-Unis, les deux plus gros émetteurs, pourraient faire une annonce conjointe en amont du prochain G20 (4 et 5 septembre à Hangzhou). Ban Ki-moon organise le 21 septembre à l’ONU une réunion pour inciter d’autres pays à préciser leur calendrier.

Lire sur le Huffington Post