Catherine Lalonde / Le Devoir :

Le photographe aérien Pierre Lahoud s’inquiète de la transformation du Québec

Depuis 1975 que Pierre Lahoud sillonne les cieux du Québec, son appareil photo à l’oeil, afin de capturer, à vol d’oiseau, nos paysages. Ses clichés ont été publiés dans de nombreux ouvrages (La Gaspésie vue du ciel ; Québec, une capitale vue du ciel ; Le Québec vu du ciel ; tous avec Henri Dorion, aux éditions de l’Homme). « Je photographie le Québec de mon aéroplane depuis maintenant 40 ans, s’emportait récemment l’homme sur les réseaux sociaux, mais je n’ai jamais vu autant de changements dans le paysage que depuis les dix dernières années. […] Et dire qu’il y en a encore qui ne croient pas au réchauffement de la planète. » Discussion avec un observateur de haut vol. « J’ai vu des phares déménagés (à Bassin, aux îles de la Madeleine) parce qu’à la veille d’être engloutis, des voies ferrées abandonnées parce que trop proches de la falaise, des morceaux de forêt qui s’effondrent dans le fleuve et même, comble de malheur, des cimetières et des stèles qui retournent à l’eau », poursuivait Pierre Lahoud sur sa page Facebook.

Lire sur Le Devoir