Jean-François Bégin / La Presse :

Le réchauffement climatique qui s’annonce au cours des prochaines décennies pourrait transformer la forêt boréale québécoise en refuge nord-américain pour l’épinette noire, selon une étude d’un chercheur de l’UQAM publiée aujourd’hui dans la revue Science. Contrairement à ce qui risque de se passer ailleurs au Canada et aux États-Unis, la hausse des températures devrait favoriser, du moins au nord du 49e parallèle, la croissance de l’espèce reine de la forêt boréale, selon l’auteur principal de l’étude, Loïc D’Orangeville, étudiant postdoctoral au Centre d’étude de la forêt et à l’Université de l’Indiana.

Lire sur La Presse