Mylène Crête / Journaliste :

Si certains voient dans la Déclaration de Vancouver une façon de remettre à plus tard l’implantation de mécanismes pour lutter contre les changements climatiques, ce n’est pas le cas du ministre de l’Environnement du Québec, David Heurtel.

À lire sur ICI Radio-Canada