Gérard Bérubé / Le Devoir :

Suncor Energy propose de laisser dans le sol une partie de ses réserves pétrolières contenues dans les sables bitumineux dans la lutte menée par le gouvernement albertain contre les GES. Son principal concurrent y oppose une fin de non-recevoir, Cenovus étant bien engagé dans son ajustement face au choc pétrolier. La proposition de Suncor vise ses réserves trop coûteuses à exploiter afin de respecter ses cibles en matière d’émission de CO2. Au cours d’une conférence en marge du dévoilement de ses résultats financiers, le chef de la direction de Suncor, Steve Williams, a dit vouloir convaincre le gouvernement albertain de l’autoriser à laisser une partie de ses vastes réserves de 8,7 milliards de barils, celles les plus coûteuses à extraire, dans le sol. Le producteur estime également pouvoir respecter ses cibles en matière de redevances à verser à partir des ressources extraites des terres louées à la province. Dans un rapport dévoilé jeudi, Suncor estime être en voie de réduire ses émissions totales par baril de 30 % d’ici 2030. Si sa proposition est acceptée, il devrait en résulter des économies de coûts de 10 à 20 % sur certains projets issus des sables bitumineux.

Lire sur Le Devoir