Alexandre Shields / Le Devoir :

Le maire de Montréal, Denis Coderre, appuie la démarche de la municipalité d’Anticosti, qui souhaite que l’île soit inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, a appris Le Devoir. Le dossier susciterait toutefois des divergences au sein du gouvernement Couillard, qui devrait décider dès mercredi s’il soutient le projet anticostien.

En entrevue au Devoir lundi en début de soirée, M. Coderre s’est dit « solidaire » de la campagne menée depuis plusieurs mois par la municipalité d’Anticosti. « C’est une excellente idée que j’appuie totalement », a affirmé celui qui préside l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent.

« À Montréal, le mont Mont-Royal est un joyau exceptionnel. C’est la même chose pour l’île d’Anticosti, a-t-il illustré. Donc, par solidarité, comme maire de la métropole, j’appuie mes collègues d’Anticosti. Les gouvernements de proximité, comme les municipalités, ont un rôle à jouer, que ce soit pour le patrimoine de l’UNESCO ou pour les mesures de développement. »

« C’est une question patrimoniale, a ajouté le maire. Il faut poser des gestes concrets. Et pour moi, ça fait partie de la prise en conscience en faveur de la protection de notre patrimoine naturel. » Qui plus est, un appui à une candidature à l’UNESCO fait selon lui partie des gestes « qui ont un rayonnement international ».

Selon ce qu’a laissé entendre Denis Coderre, le gouvernement Couillard devrait donc donner son consentement afin que la municipalité de l’île d’Anticosti puisse transmettre son dossier de candidature à Parcs Canada. « Il faut qu’on passe les premières étapes », a-t-il dit, en ajoutant du même souffle que « la fenêtre d’opportunité est relativement restreinte ».

Le maire Denis Coderre a donné son appui à l’inscription de l’île